Ιγνάτιος ο Λέσβιος και οι Γάλλοι (1807,1813): μια άγνωστη και αποκαλυπτική σχέση (Journal article)

Σιορόκας, Γεώργιος Α.


Aujourd’ hui on ne doute plus qu’ Ignace, metropolite d’ Arta (1794- 1805) et d’ Hongro-Valachie (1810-1812), ait participe aux evenements tres importants de Γ epoque; on ne doute aussi plus qu’ il ait offert une aide essentielle a Ali-Pacha de Jannina. Mais la question reste encore: Ignace, etait-il un conscient collaborateur du pacha turc ou son victime? Etait-il un hero et martyre ou un traitre? Et puis, quelles en etaient les relations d’Ignace avec les Frangais, quand il se trouvait a Corfou, apres Tilsitt; c’est-a-dire, avait-il suivi la ligne officielle de Γ figlise grecque en restant fidele a son amitie avec les Russes ou etait-il venu aux contact et aux negotiations avec les Frangais? Et, enfin, quand il en etait a Vienne le 1813, etait-il possible d’ etre en tractations avec les Frangais, alors en guerre aux Russes? Toutes ces questions sont effleurees, directement ou non, dans deux depeches du consul general frangais a Jannina F. Pouqueville, adressees au ministre des Affaires Etrangeres. Je considere ce temoignage important, etant donne qu’ il concerne un personnage si important come Ignace; d’autre part, Pouqueville, dans sa correspondance voluminaise, nous parle si rarement, et de fa$on si directe, pour des prelats grecs. En se basant, done, sur les renseignements du consul frangais, que j’estime comme dignes de foi, et en les combinant a d’ autres, je crois qu’Ignace avait des discussions, le 1807 a Corfou, avec Pouqueville, auquel il «manifesta, les larmes aux yeux, qu’il rougissoit d’ etre a la charge des Moscovites et qu’ il voudroit s’ attacher a la France», comme ce consul nous dit. Le prelat grec a reussi a convaincre le diplomat frangais de la sincerite de ses intentions. Je crois, encore, qu’ Ignace, presque refugie a Vienne le 1813, n’ avait pas d’ hesitations de s’ adresser aux Frangais, pour gagner le poste de m&ropolite de Corfou, quand m6me il faudrait qu’ on chassfit le titulaire legitime I6roth£os. Tout m’amfcne & la conclusion qu'Ignace mettait avant tout sa sdr6t0 personnelle, selon la juste remarque du voyagcur anglais, W.M. Leake. Igna- ce s’ int6ressait surtout son ais6ment et ses ambitions, comme un vrai repr6- sentant-et creature, en m£me temps-des conditions de 1’dpoque, de I’esprit du «phanariotisme» et de la mentality prldominante dans Γ £glise dirigeante.
Institution and School/Department of submitter: Πανεπιστήμιο Ιωαννίνων Σχολή Φιλοσοφική Τμήμα Ιστορίας και Αρχαιολογίας
Keywords: -
URI: http://olympias.lib.uoi.gr/jspui/handle/123456789/6088
Publisher: Πανεπιστήμιο Ιωαννίνων Σχολή Φιλοσοφική Τμήμα Ιστορίας και Αρχαιολογίας
Appears in Collections:Τόμος 17 (1988)




 Please use this identifier to cite or link to this item:
http://olympias.lib.uoi.gr/jspui/handle/123456789/6088
  This item is a favorite for 0 people.

Items in DSpace are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.