Τα πιστοποιητικά προέλευσης (certificat's de origine) των εμπορευμάτων ως πηγή της οικονομικής ιστορίας του πασαλικίου Ιωαννίνων (1811-1814) (Journal article)

Παπαγεωργίου, Γεώρ.


La presente etude se projette de collector et exploiter les renseigne- ments fournis par les certificats d* origine, ecrits officiels que les autorites consulaires fran^aises en Epire procuraient aux commergants ou aux chargeurs indigenes qui voulaient faire valoir les produits locaux dans les ports d’ltalie appartenant, comme c’est connu, a partir du XIX eme siecle a Γ etat fran^ais. Francois Pouqueville, consul general de France a Jannina, et son fr^re Hugues, vice-consul a Preveza, envoyerent ces certificats au mini- stere fran^ais des affaires etrangeres. Les renseignements recueillis peuvent etre repartis en quatre categories: 1) les merchandises (espece, poids, pays d* origine et lieu de destination) 2) les marchands 3) les routes et les moyens de transport 4) la peste. Parmi les merchandises qui circulaient de cette maniere on distingue: des peaux, de la capote ou bure albanaise, du coton, du poil de cha- meau, de la soude, du sel, des vallones, des noix de galle, de la gomme adragante, des raisins de Corinthe, de la cire, du miel, des tissus, des graines de lin et des eponges. Le plus souvent, c’est dans les marches locaux (bazars) ou dans les foires que les chargeurs se procuraient les produits ci-dessus cites pour les expedier ensuite vers Corfou, Ancone, Venise, Naples et Marietta. C'est aussi grace a ces certificats d’origine que les noms des marchands au service du commerce fran$ais nous ont ete conserves. La plupart d’entre eux semblent avoir ete associes ou collaboraient avec diverses maisons de commerce italiennes et appartenaient done a la categorie des intermediaires ou des agents commerciaux.h* etude des ces sources atteste aussi que les communications terre- stres l'emportaient sur les communications maritimes au moins jusqu'au d6but du XIX erne siecle. Enfin, parmi les renseignements procures par ces certificats et les lettres d# accompagnement, ceux qui concerne la grande peste de 1812- 1815 peut etre consideres comme des plus precieux car les temoignages a ce sujet sont tres peu nombreux. En effet, les mentions qui nous font savoir qu’en Epire Ali Pacha ratifia la creation d’une zone sanitaire avec des lazarets peuvent etre considerees comme uniques. Ces mesures contre la peste permettent ainsi a la region de demeurer non touchee par cette terrible epidemie. Ce fait est tres important car de telles mesures de protection etaient inexi- stantes dans le reste de Y empire ottoman, du fait que Petablissement de lazarets aurait transgresse les lois de la religion musulmane.
Institution and School/Department of submitter: Πανεπιστήμιο Ιωαννίνων Σχολή Φιλοσοφική Τμήμα Ιστορίας και Αρχαιολογίας
Keywords: -
URI: http://olympias.lib.uoi.gr/jspui/handle/123456789/6072
Publisher: Πανεπιστήμιο Ιωαννίνων Σχολή Φιλοσοφική Τμήμα Ιστορίας και Αρχαιολογίας
Appears in Collections:Τόμος 14 (1985)




 Please use this identifier to cite or link to this item:
http://olympias.lib.uoi.gr/jspui/handle/123456789/6072
  This item is a favorite for 0 people.

Items in DSpace are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.